Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Une vidéo et un dossier illustré de 9 pages issus des Dossiers de l'Insee

Voilà déjà la vidéo,

 
Le PIB et la croissance en questions par InseeFr le dossier est assez bien fait également (mais finalement on y retrouve le cours), et il y a un petit quizz.


Mais je trouve ces ressources beaucoup moins intéressantes que celles de l'indispensable "apprendre avec l'INSEE".


Read More

Le magazine Alternatives Economiques a lancé sur Arte une série d'émissions économiques intitulée "Déchiffrage".

La premier numéro, diffusé le 1er octobre, avait pour thème la croissance économique.
Désormais ce documentaire est accessible uniquement en VOD payante mais un site compagnon reste disponible, avec des ressources très pédagogiques et intéressantes.

Pour suivre la revue Déchiffrage et enrichir l'expérience, vous êtes invités sur votre second écran (ordinateur, tablette, smartphone) à consulter des outils de datavisualisations accompagnés d'éclairages et de contrepoints, dès la diffusion du premier numéro.


Allez-y :
http://dechiffrage.arte.tv/1-croissance/emission

Par ailleurs, je vois que quelqu'un a mis en ligne le docu sur youtube, c'est une violation de droits d'auteur (en gros c'est du vol) mais je vous donne quand même le lien et j'intègre la vidéo ci-dessus.
Comme toujours avec Alter Eco ça se veut très pédagogique, et très lié au programme de Terminale : On retrouve notament au début (dans la première demi heure, les notions de croissance, valeur ajoutée, PIB, limites du pib, état stationnaire, productivité...
En première approche, je vous conseille déjà de regarder les 20-30 premières minutes pour vous tester : vous devriez à peu près tout comprendre.

Le travail domestique : 60 milliards d'heures de travail non-comptabilisées dans le PIB, un article intéressant et agréable à lire pour illustrer les limites du PIB

Vous y trouverez également un lien vers le "Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social", dit rapport "Sen-Stiglitz-Fitoussi", du nom des trois économistes (dont deux prix nobel) qui en sont à l'origine avec pour objectif, de "répondre aux interrogations croissantes sur la pertinence des mesures actuelles de la performance économique, notamment celles fondées sur les chiffres du PIB".

Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) vient de publier son rapport 2014 sur le développement humain.
Je mets ici le lien car certains d'entre vous m'avaient demandé les dernières données.
http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/2014HDR/HDR-2014-French.pdf
Dans le rapport en français, les tableaux de classement de l'IDH se trouvent à la fin, à partir de la page 206.

Du coup, vous verrez d'où sont extraites les données que vous pouvez avoir dans les sujtes de Bac , lorsque la source est "PNUD, Rapport mondial sur le développement humain".

Plus généralement, vous trouverez sur cette page des ressources diverses set de nombreuses données chiffrées :

EC3LC

EC3LC

Voici un exemple de séquence argumentative telle qu'on peut l'attendre au BAC.

Ce paragraphe n'est pas parfait, mais ce qui est important ici c'est qu'on retrouve bien la méthode Affirmer / Argumenter-Expliquer / Définir / Illustrer.

Vous voyez que l'élève commmence par affirmer une idée centrale (1ère phrase), puis s'efforce de développer les arguments venant soutenir cete affirmation et expliquer cette thèse.
Enfin, elle termine par une illustration, ici basée sur un documents statistiques et donc en exploitant des données chiffrées.

 

Profitez-en pour regarder cette vidéo d'un collègue, qui décrit très bien le principe de la séquence argumenttaive, et vous permettra de visualiser ce qui est attendu par les correcteurs :

Voici lors du Bac Blanc #2 un exemple de copie qui a obtenu la totalité des points sur l'étude de documents de l'épreuve composée.

 

CCF03042014 00000-page-001 1

CCF03042014 00000-page-001 1
CCF03042014 00000-page-002 1
CCF03042014 00000-page-002 1


Voyez comme l'élève présente d'abord précisément le document. Surtout, elle répond ensuite à la question, en exploitant plusieurs données pertinentes qui montre sa maîtrise des savoir-faire.

 

 

Profitez-en pour visionner cette vidéo d'un collègue qui présente la méthodologie de l'EC2 :

Voici un document qui reprend pour chaque chapitre :

- Le programme officiel (notions de Terminale, pré-requis de 1ère, indications complémentaires)

- Les questions possibles de mobilisation de connaissances avec en gras les questions qui sont tombées au Bac l'an dernier dans diverses académies.

 

Bien sûr, la liste de ces questions n'est pas exhaustive mais elle délimite tout de même très bien l'épreuve.

Soyez très vigilants à bien répondre à la question posée : Il ne s'agit pas uniquement de réciter des définitions, il y a toujours un "angle" de réponse à privilégier. Pour bien comprendre cette méthode, reportez-vous impérativement aux corrections des bacs blancs, et en particulier le deuxième où j'ai très précisément expliqué la démarche de réponse pour les question suivantes :

- A quel degré d''intégration l'UE se trouve-t-elle actuellement ?

- En quoi la taxation permet-elle la préservation l'environnement ?

 

Le site coursdeses.fr propose d'excellentes vidéos sur la méthode de la dissertation, en prenant comme base un sujet très classique (mais plus vraiment d'actualité avec le nouveau programme) sur les liens entre croissance et développement.

En dehors du fond, retenez surtout les conseils et les exemples pour bien visualiser ce qui est attendu le jour du bac.

Voici toutes les questions de mobilisation des connaissances (EC1) tombées à la session 2013 du BAC.

 

Présentez le lien entre productivité globale des facteurs et progrès technique.

Montrez que le PIB ne permet pas d'évaluer la soutenabilité de la croissance.

Présentez les trois types d'instruments d'une politique climatique.

Comment le capital social et institutionnel participe-t-il au bien-être des populations ?

Montrez que le PIB ne mesure pas la soutenabilité de la croissance.

Comment la taxation permet-elle d'agir sur la préservation de l'environnement ?

Distinguez compétitivité prix et compétitivité hors prix.

En quoi la délocalisation améliore-t-elle la compétitivité des entreprises ?

Quels sont les avantages du commerce international pour les producteurs ?

Montrez que les inégalités économiques et sociales peuvent se cumuler.

Montrez que le paradoxe d'Anderson peut mettre en évidence une forme de déclassement.

Montrez à partir d'un exemple comment les inégalités économiques peuvent être à l'origine d'inégalités sociales.

Montrez le caractère multiforme des inégalités.

Quelles sont les caractéristiques des groupes de statut selon Max Weber ?

Distinguez la mobilité observée de la fluidité sociale.

Le développement de la solidarité organique dans les sociétés modernes entraîne-t-il la disparition de la solidarité mécanique ?

Quelle relation peut-on établir entre déclassement et paradoxe d'Anderson ?

Pourquoi peut-on dire qu'il existe des inégalités sociales entre générations ?

En quoi les conflits sociaux peuvent-ils être considérés comme une forme de pathologie ?

Illustrez par trois exemples la diversité des conflits sociaux.

Quelles sont les principales mutations des conflits sociaux ?

Montrez par deux arguments que les conflits sociaux peuvent être considérés comme un facteur de cohésion sociale.

Par quels moyens les pouvoirs publics peuvent-ils lutter contre les discriminations ?

Comment le travail contribue-t-il à l'intégration sociale ?

Montrez que, selon Durkheim, dans les sociétés où s'affirme le primat de l'individu la solidarité ne faiblit pas.

 

 

 

images

images
Afin de montrer que la diversité des formes et des analyses du chômage explique la pluralité des politiques, on analysera les politiques macroéconomiques de soutien de la demande globale pour lutter contre le chômage keynésien, les politiques d'allégement du coût du travail pour lutter contre le chômage classique, les politiques de formation et de flexibilisation pour réduire la composante structurelle du chômage. On soulignera que les politiques de l'emploi sont aussi fondées sur la prise en compte du rôle du travail et de l'emploi dans l'intégration sociale. On se demandera en quoi ce lien entre travail et intégration sociale est fragilisé par certaines évolutions de l'emploi.

Veuillez vous identifier ou vous inscrire pour lire la suite...

marchdutravail

marchdutravail
En se limitant à une présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néo-classique du fonctionnement du marché du travail. Pour rendre compte de la spécificité de la relation salariale, on montrera l'intérêt de relâcher les hypothèses du modèle de base en introduisant principalement les hypothèses d'hétérogénéité du facteur travail et d'asymétrie d'information. À partir de quelques exemples, on montrera que le taux de salaire dépend également du résultat de négociations salariales et de l'intervention de l'État.

Lire la suite : RC2 - CH11 : Comment s'articulent marché du travail et gestion de l'emploi ?

impots-tranches IR

impots-tranches IR
On s'interrogera sur les fondements des politiques de lutte contre les inégalités en les reliant à la notion de justice sociale ; on rappellera à ce propos que toute conception de la justice doit répondre à la question : « L'égalité de quoi ? ». On distinguera égalité des droits, égalité des situations et égalité des chances. On analysera les principaux moyens par lesquels les pouvoirs publics peuvent contribuer à la justice sociale : fiscalité, redistribution et protection sociale, services collectifs, mesures de lutte contre les discriminations. On montrera que l'action des pouvoirs publics s'exerce sous contrainte et qu'elle fait l'objet de débats quant à son efficacité : risques de désincitation et d'effets pervers.

Lire la suite : RC1 - Chapitre 10 : Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?

LE MONDE | 15.05.2014 à 10h58 • Mis à jour le 15.05.2014 à 12h23 | Par Claire Guélaud

 

Croissance nulle, recul de la consommation des ménages, baisse marquée de l'investissement, contribution négative du commerce extérieur, contraction de l'activité dans le secteur de la construction : c'est une avalanche de mauvais chiffres qu'a annoncée, jeudi 15 mai, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), confirmant que la France reste à la traîne de l'Allemagne (+ 0,8 % au premier trimestre) et, dans une moindre mesure, de la zone euro.

Pour François Hollande, qui déclarait il y a peu « le redressement n'est pas terminé mais le retournement arrive », ces chiffres sont un désaveu. « Ce n'est pas grave, cela conforte toute la politique que nous menons aujourd'hui », commente Michel Sapin, ministre des finances. 2014 a mal commencé.

Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) en volume est resté stable, après avoir progressé de 0,2 % au quatrième trimestre 2013.

 

 La demande intérieure se porte mal : les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,5 point. Cette baisse, qui succède à une légère augmentation (+ 0,2 %) au dernier trimestre de 2013, s'explique par des facteurs exceptionnels.

La météo, particulièrement douce, a tiré les dépenses d'énergie vers le bas, tandis que les achats d'automobiles ont subi le contrecoup de leur dynamisme de la fin 2013, les ménages ayant cherché à échapper au durcissement du malus au 1er janvier.

POUVOIR D'ACHAT SOUS PRESSION

Mais, au-delà de ces éléments exceptionnels, bien peu de choses sont de nature à pousser les ménages à consommer : leur pouvoir d'achat est sous pression (il a baissé de 0,6 point en 2013 par unité de consommation) et l'état du marché du travail demeure plus que préoccupant, entre des créations d'emploi faibles et un chômage élevé.

L'investissement recule de nouveau, mais plus qu'attendu (– 0,9 %). Entre autres éléments préoccupants, l'Insee mentionne le fait que l'investissement en construction accentue son repli (– 1,8 % au premier trimestre 2014 après – 0,7 % au quatrième trimestre 2013) et que les dépenses en biens manufacturés se retournent (– 0,4 % après + 0,4 %).

Lire : « Les entreprises françaises investissent dans les locaux, moins dans leurs machines »

Et, comme si cela ne suffisait pas, à la faiblesse de la demande s'ajoutent des problèmes d'offre : les exportations ont ralenti, et les importations accéléré légèrement. De ce fait, le commerce extérieur a pesé à hauteur de – 0,2 point sur l'évolution de l'activité au début de l'année.

 

syndicats

syndicats
On montrera que les conflits peuvent être appréhendés à partir de grilles de lecture contrastées : comme pathologie de l’intégration ou comme facteur de cohésion ; comme moteur du changement social ou comme résistance au changement. En s’appuyant sur quelques exemples, on s’interrogera sur la pertinence respective de ces différents cadres d’analyse en fonction de la nature des conflits et des contextes historiques. On s’intéressera plus particulièrement aux mutations des conflits du travail et des conflits sociétaux en mettant en évidence la diversité des acteurs, des enjeux, des formes et des finalités de l’action collective.

Lire la suite : Chapitre 9 - La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement...

solidarite

solidarite
Après avoir présenté l'évolution des formes de solidarité selon Durkheim, on montrera que les liens nouveaux liés à la complémentarité des fonctions sociales n'ont pas fait pour autant disparaître ceux qui reposent sur le partage de croyances et de valeurs communes. On traitera plus particulièrement de l'évolution du rôle des instances d'intégration (famille, école, travail) dans les sociétés contemporaines et on se demandera si cette évolution ne remet pas en cause l'intégration sociale.

Lire la suite : Chapitre 8 : Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?

mobilite-sociale-plantu

mobilite-sociale-plantu
Après avoir distingué la mobilité sociale intergénérationnelle d’autres formes de mobilité (géographique, professionnelle), on se posera le problème de sa mesure à partir de l’étude des tables de mobilité sociale dont on soulignera à la fois l’intérêt et les limites. On distinguera la mobilité observée et la mobilité relative (fluidité sociale) et on mettra en évidence l’existence de flux de mobilité verticale (ascendante et descendante) et horizontale. On étudiera différents déterminants de la mobilité et de la reproduction sociale : l’évolution de la structure socioprofessionnelle, le rôle de l’école et de la famille.

Lire la suite : Chapitre 7 - Comment rendre compte de la mobilité sociale ?

Retrouvez ici le programme, les fiches enjeux et plan, les vidéos de cours.

Indications complémentaires : On mettra en évidence le caractère multiforme des inégalités économiques et sociales ainsi que leur aspect parfois cumulatif. On procédera à des comparaisons en utilisant les principaux indicateurs et outils statistiques appropriés.

On présentera les théories des classes et de la stratification sociale dans la tradition sociologique (Marx, Weber) ainsi que leurs prolongements contemporains et on s’interrogera sur leur pertinence pour rendre compte de la dynamique de la structuration sociale. On mettra en évidence la multiplicité des critères de différenciation sociale dans les sociétés post-industrielles (statut professionnel, âge, sexe, style de vie).

Lire la suite : Chapitre 6 - Comment analyser la structure sociale ?

dettepib

dettepib
Sans entrer dans le détail des évolutions historiques, on rappellera qu'en se dotant d'un grand marché intérieur et d'une monnaie unique, les pays européens mènent une expérience originale d'intégration plus étroite de leurs économies. On montrera que l'union monétaire revêt une importance particulière dans le contexte monétaire et financier international, et qu'elle renforce les interdépendances entre les politiques macroéconomiques des Etats membres. On s'interrogera sur les difficultés de la coordination des politiques économiques dans l'Union européenne.

Lire la suite : Chapitre 5 - Quelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale ?

Routes commerciales maritimes2

Routes commerciales maritimes2

En partant d'une présentation stylisée des évolutions du commerce mondial et en faisant référence à la notion d'avantage comparatif introduite en première, on s'interrogera sur les déterminants des échanges internationaux de biens et services et de la spécialisation. On analysera les avantages et les inconvénients des échanges internationaux pour les producteurs comme pour les consommateurs. On présentera à cette occasion les fondements des politiques protectionnistes et on en montrera les risques. En s'appuyant sur des données concernant le commerce intra-firme et sur des exemples d'entreprises multinationales, on abordera la mondialisation de la production. On analysera les choix de localisation des entreprises et leurs stratégies d'internationalisation. On étudiera à cette occasion les principaux déterminants de la division internationale du travail, en insistant sur le rôle des coûts de transport et de communication. On montrera que la différenciation des produits peut être à l'origine et la recherche d'une compétitivité hors prix. On s’interrogera sur les effets d’une variation des cours de change sur l’économie des pays concernés.

Lire la suite : Chapitre 4 : Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de...

devdurable

devdurable
On expliquera pourquoi l’analyse économique du développement durable, qui se fonde sur la préservation des possibilités de développement pour les générations futures, s’intéresse au niveau et à l’évolution des stocks de chaque type de capital (accumulation et destruction) ainsi qu’à la question décisive du degré de substitution entre ces différents capitaux. On évoquera, à l’aide d’exemples, les limites écologiques auxquelles se heurte la croissance économique (épuisement des ressources énergétiques et des réserves halieutiques, déforestation, augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, etc.).
L’exemple de la politique climatique permettra d’analyser les instruments dont disposent les pouvoirs publics pour mener des politiques environnementales. En lien avec le programme de première sur les marchés et leurs défaillances, on montrera la complémentarité des trois types d’instruments que sont la réglementation, la taxation, les marchés de quotas d’émission.

Lire la suite : Chapitre 3 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?

CH1aa - EC2

CH1aa - EC2
L'observation des fluctuations économiques permettra de mettre l'accent sur la variabilité de la croissance et sur l'existence de périodes de crise. On présentera les idées directrices des principaux schémas explicatifs des fluctuations (chocs d'offre et de demande, cycle du crédit), en insistant notamment sur les liens avec la demande globale. On analysera les mécanismes cumulatifs susceptibles d'engendrer déflation et dépression économique et leurs conséquences sur le chômage de masse.

Lire la suite : Chapitre 2 - Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?

CH1b-EC2

CH1b-EC2
En s'appuyant sur le programme de première, on s'interrogera sur l'intérêt et les limites du PIB. L'étude de séries longues permettra de procéder à des comparaisons internationales. À partir d'une présentation simple de la fonction de production, on exposera la manière dont la théorie économique analyse le processus de croissance. On fera le lien entre la productivité globale des facteurs et le progrès technique et on introduira la notion de croissance endogène en montrant que l'accumulation du capital, sous ses différentes formes participe à l'entretien de la croissance. On mettra l'accent sur le rôle des institutions et des droits de propriété.

Le Monde - économie

Fil d'actualité introuvable
Go to top